Bienvenue sur mon blog

Articles parus en août2007


Qu’on m’arrache le coeur, qu’on me fasse endurer

Commentaires » 0

Qu’on m’arrache le coeur, qu’on me fasse endurer Le feu, le fer, la roue, et tout autre supplice, Que l’ire des tyrans dessus moi s’assouvisse, Je pourrai tout souffrir sans gémir ni pleurer. Mais qu’on veuille en vivant de moi me séparer, M’ôter ma propre forme, et par tant d’injustice Vouloir que sans mourir de […]

Commentaires » 0

Le papillon

Commentaires » 0

Naître avec le printemps, mourir avec les roses, Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur, Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur, Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles, Voilà du papillon le destin enchanté! Il […]

Commentaires » 0

Commentaires » 1

La beauté

Commentaires » 0

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre, Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour, Est fait pour inspirer au poète un amour Éternel et muet ainsi que la matière. Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ; J’unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes […]

L’amour et la folie

Commentaires » 0

Tout est mystère dans l’Amour, Ses flèches, son Carquois, son Flambeau, son Enfance. Ce n’est pas l’ouvrage d’un jour Que d’épuiser cette Science. Je ne prétends donc point tout expliquer ici. Mon but est seulement de dire, à ma manière, Comment l’Aveugle que voici (C’est un Dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière ; Quelle […]

Commentaires » 0

Fragments

Commentaires » 0

Quand je t’aimais, pour toi j’aurais donné ma vie, Mais c’est toi, de t’aimer, toi qui m’ôtas l’envie. A tes pièges d’un jour on ne me prendra plus ; Tes ris sont maintenant et tes pleurs superflus. Ainsi, lorsqu’à l’enfant la vieille salle obscure Fait peur, il va tout nu décrocher quelque armure ; Il […]

A George Sand (I)

Commentaires » 0

Te voilà revenu, dans mes nuits étoilées, Bel ange aux yeux d’azur, aux paupières voilées, Amour, mon bien suprême, et que j’avais perdu ! J’ai cru, pendant trois ans, te vaincre et te maudire, Et toi, les yeux en pleurs, avec ton doux sourire, Au chevet de mon lit, te voilà revenu. Eh bien, deux […]